L’école à l’ère des réseaux sociaux et la construction identitaire

À l’heure actuelle, plusieurs conseils/districts scolaires et associations professionnelles tentent de se positionner pour ce qui est de l’usage des réseaux sociaux dans le contexte scolaire. Ces actions sont dans un premier temps pour offrir un guide aux enseignants qui souhaitent en faire l’usage dans leurs activités professionnelles et pédagogiques. Du même coup, on souhaite certainement « contrôler » les employés afin d’éviter des situations qui pourraient « embarrasser » la profession. Comment peut-on devenir « ami » avec l’un de nos élèves?

Il faut certainement comprendre et voir aux avantages des différents outils qui permettent de se mettre en réseau. Facebook, n’est pas le seul média à utiliser et il serait souhaitable d’en découvrir d’autres qui pourraient répondre aux besoins du milieu scolaire.

Le 19 août prochain, je présenterai aux directions d’écoles ainsi qu’à différents intervenants du milieu scolaire du Nouveau-Brunswick, ma lecture de ce qu’on devrait faire pour actualiser nos écoles francophones-acadiennes et ainsi profiter de ces services de médias sociaux pour contribuer à la construction identitaire.

Vous trouverez ici une liste de comptes Twitter francophones au N.-B.  Notez que plusieurs ont contribué à créer cette liste et ceci n’est qu’un exemple de la force d’un réseau social. L’idée de cette liste n’est pas de créer un réseau uniquement de francophones-acadiens du N.-B. (aucun avantage de se fermer) mais plutôt de prendre conscience de l’apport de ceux-ci dans ce réseau. Le monde de l’éducation au N.-B. a-t-il une présence forte dans les réseaux sociaux?

Ma présentation ici :SlideShare

Liste de compte Twitter

TwitterfrancoauN.-B.

On peut ajouter d’autres nom/compte sur ce document Google

======================

Je crois fermement que l’école doit…

…exploiter les espaces de collaboration, de réseautage, d’échanges entre enseignants, entre professionnels et entre élèves.

…comprendre les enjeux de cette présence dans les réseaux sociaux.

…permettre de s’exprimer sans gêne, sans «évaluation» (insécurité linguistique).

…contribuer à la société francophone et acadienne du N.-B.=

==========================

Ressources sur mon Diigo

3 Réponses

  1. Excellente présentation ! Il y a des liens solides à faire entre les résultats transdisciplinaires, donc les compétences, que nous cherchons à développer chez nos élèves, et les diapositives 22 et 36. Ces deux diapositives explorent les possibilités de développer la créativité, la collaboration, la créativité, l’esprit critique et analytique grâce aux réseaux sociaux. Les réseaux sociaux sont une excellente situation signifiante d’apprentissage (sans doute LA situation LA plus signifiante pour nos jeunes), permettant aux élèves de développer les compétences nécessaires pour réussir et leurs études, et leur vie.

    Mon deuxième commentaire est en lien avec la diapo 44. Alors que je suis d’accord que la surévaluation peut contribuer à l’insécurité linguistique, l’autre extrême, ne jamais évaluer, peut également y contribuer. Comment je vais prendre ma place comme acadien, comme acadienne sur la scène informatique nationale et internationale si le n’importe quoi, n’importe comment est toujours accepté ? Si je n’évalue jamais, ne pose jamais d’attentes élevées, est-ce que je véhicule le message « Tu n’es pas assez bon, on ne peut pas s’attendre à ce que tu apprennes les vrais mots pour livrer un message qui sera compris par toutes les francophonies du monde. » ? Et ainsi contribuer à faire grandir l’insécurité linguistique ? L’équilibre est la clé, selon moi, si nous voulons réellement que l’Acadie prenne une place de choix dans les réseaux sociaux. Et l’Acadie, mon Acadie, elle a tellement de couleurs, de poésies, d’histoires à partager, qu’il faut lui donner les mots pour dire tout ce qui vibre au rythme de sa fierté et de ses espoirs.

  2. Merci Hélène pour tes commentaires très enrichissants. Ceci démontre la force des réseaux sociaux pour faire évoluer les idées. D’ailleurs, pour moi, le blogue est peut-être l’outil par excellente pour présenter des idées plus organisées, plus structurées. J’espère qu’on pourra avoir de bons échanges ce vendredi durant l’institut avec les directions d’école.

  3. Ici à Québec, nous constatons également la force et l’impact qu’ont les réseaux sociaux dans le milieu de l’éducation. Les institutions sont souvent largement dépassées par ce phénomène qui grandi plus vite que lui-même et tente tant bien que mal de s’y adapter. Le manque de lignes directrices est une lacune qu’il faut vite combler.
    Nous constatons cependant certains problèmes d’ordre relationnel entre les étudiants tel que la détresse psychologique liée au cyber-harcèlement, création de faux comptes, les rumeurs qui circulent à une vitesse fulgurante, etc. Et c’est sans compter les enseignants espionnés qui doivent parfois confronter une classe entière lorsque certaines informations ou photos, souvent citées hors contexte font surface.
    À mon avis, il faut non seulement outiller les jeunes, mais également encadrer les enseignants afin qu’ils puissent bien diriger et réagir adéquatement aux situations impromptues d’une telle relation.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :